bocaux le parfait zero dechet

Zéro déchet, le bilan des 6 mois (1/2)

Cela fait un peu plus de 6 mois que nous sommes passés au zéro déchet. La transition s’est faite petit à petit en commençant par l’alimentation, les courses, et elle se poursuit bien sûr encore aujourd’hui. Récemment j’ai éprouvé le besoin de faire un petit bilan de la chose… Voici la première partie.

Les courses zéro déchet

Nous ne mettons plus beaucoup les pieds au supermarché, et si cela arrive, c’est seulement pour 1 ou 2 articles, donc ça va vite (pour mon plus grand bonheur).

Nous avons testé plusieurs modes de fonctionnement, et celui qui nous convient pour le moment, c’est celui-là :

1/le marché

Le dimanche matin, on fait les menus pour les repas de la semaine en tenant compte des jours de restau avec les collègues, des soirées chez les amis, etc., puis notre liste de courses en fonction. Bien sûr, nous ne nous acharnons pas à respecter le menu à la lettre. Des fois, il y a des imprévus, des soirées de dernière minute… Mais ça ne perturbe pas notre organisation outre mesure.

Au marché, on achète à des producteurs locaux :

  • les fruits et légumes
  • le fromage, les oeufs, le beurre et la crème
  • le poisson
  • le pain
  • et parfois des trucs pour se faire plaisir : saucisson pour l’apéro, galette des rois, petits financiers, etc.

Le tout SANS EMBALLAGE (ouiiiii même le beurre, on a trouvé !)

On prend bien soin d’éviter les grossistes en fruits et légumes qui ne proposent pas souvent des produits locaux. On y va avec notre petit caddie, nos bocaux, nos tupperware et nos sacs en tissu. Zéro emballage jetable mais il faut prévoir des boîtes vraiment grandes pour le poisson.

marché zéro déchet quintaou anglet cuisine

Toujours un stock de base sous la main 🙂

Les avantages : l’ambiance, la possibilité de discuter avec les producteurs directement, les prix avantageux, la fraîcheur des produits… Et évidemment la possibilité de ne prendre que ce dont on a vraiment besoin (surtout pour le beurre et la crème).

L’inconvénient : il faut se lever… On va au marché vers 10h30, mais on n’est pas vraiment des lève-tôt, surtout les lendemains de soirée.

2/la boucherie-charcuterie indépendante

Au début on allait en bas de chez nous, c’était bien pratique, mais le monsieur a une fâcheuse tendance à nous imposer son foutu papier d’emballage avec un petit sourire narquois et sa petite phrase « oh c’est pas ça qui va abîmer la planète hein ? Et puis là je peux pas faire autrement ». Alors que si, bien sûr, il pourrait faire autrement. Mais il n’en a pas envie.

Donc on a changé de crèmerie, ou plutôt de boucherie en l’occurrence, et le lundi matin on va chez Benjamin qui est méga super sympa, qui ne rechigne jamais à mettre la viande dans les tupperware, qui propose des produits moins chers que l’autre et même des lots de viande à des prix super avantageux, et de la qualité. Tout bénef’ pour nous, donc. Et en plus il nous donne ses grandes boîtes à salades quand elles sont vides : pratique pour le poisson, comme je disais plus haut, et ça lui évite de les jeter —> zéro déchet encore et toujours !

photo boucherie independante guillo anglet zero dechet

(photo Facebook)

Les avantages : je viens de les citer 🙂

Les inconvénients : c’est plus loin de chez nous, mais c’est sur le chemin de l’épicerie dont je vais vous parler après. Et puis c’est plus cher qu’à Carrefour, certes. Mais c’est bien meilleur, et pour ne pas dépasser le budget des courses, on en achète moins qu’avant. De toute façon je fais partie des gens qui pensent qu’on n’a pas franchement besoin de manger de la viande tous les jours. Ce mois ci on a même fait mieux, on a pris un lot de viande : environ 6 kg pour 50 euros. De quoi tenir pas mal de temps.

3/l’épicerie en vrac

photo la mesure epicerie vrac au poids zero dechet bayonne

(photo Facebook)

On a commencé par là, en fait. « La Mesure », c’est une petite épicerie qui vend en vrac des pâtes, du riz, des épices, des chips, des gâteaux apéro, des bonbons, des gâteaux, de la farine, de l’huile, du vin, du jambon, du fromage, bref, une épicerie complète quoi ! Quelques articles avec emballage quand on ne peut pas faire autrement : beurre, lait… Mais aussi de quoi s’équiper au niveau ménager : lessive, articles cosmétiques, brosses à dent, déodorant, infuseur à thé, etc. Certains produits sont bio. On y va le lundi matin (on travaille du mardi au samedi, notre WE à nous c’est dimanche-lundi) avec nos bocaux, sacs en tissu & autres tupperware.

Les avantages : le prix est intéressant pour la plupart des produits. Le couple qui tient l’épicerie est très sympa, ils nous livrent souvent des conseils et des astuces pour le zéro déchet.

Les inconvénients : j’achetais aussi les légumes chez eux avant, mais je trouve le marché plus pratique pour cela. Du coup on y va surtout pour les produits d’épicerie, et on s’y fournit occasionnellement en légumes si on n’a pas le temps d’aller au marché.

4/ et aussi, de temps en temps

Les paniers de l’Adour : une entreprise locale qui livre des paniers de fruits et légumes à domicile. Les produits sont locaux pour la très grande majorité (il y a quelques exceptions). On commande sur leur site internet où on peut choisir parmi plusieurs formules : panier bio, panier duo, panier famille, etc. Les prix sont intéressants (15 euros pour le panier duo par exemple) mais moins qu’au marché, et on ne choisit pas le contenu du panier. Personnellement ce dernier point est un atout pour moi, ça facilite la création des menus 🙂 Par contre il ne faut pas louper la date de la commande si on veut être livré à temps. C’est une 2e solution pour nous, de temps en temps, quand on ne peut pas aller au marché.

Le VnB : une chaîne de cavistes surtout spécialisés en bières. C’est intéressant pour nous parce que 1-on est pas mal amateurs de bière, 2-de nombreuses bouteilles sont consignées, 3-ils proposent des bières locales du Pays Basque (bien que ma préférence aille sans conteste à la Blanche de Namur <3), 4-ils sont d’excellent conseil !

La boulangerie de quartier, pour le pain, même s’il faut dire bien fort qu’on ne veut PAS du petit sachet papier parce qu’on a amené son sac en tissu, ouhou, regardez ! Et 9 fois sur 10 la boulangère sort quand même son sachet papier, dieu que c’est énervant. Je l’aurai à l’usure.

Le magasin de café au centre-ville de Bayonne (Café Négro) pour, je vous le donne en mille, le… café (en vrac évidemment).

Et bien sûr, le supermarché, pour ce qu’on ne peut pas trouver ailleurs : litière pour chat, ampoules, chewing-gums (ouais ça c’est pas génial), des sachets de ferment pour les yaourts, des yaourts (dans des pots en verre) quand on n’a pas le temps d’en faire…

 

La cuisine zéro déchet

1/faire les repas en avance et en grandes quantités

cuisine zéro déchet

Notre petit QG

La cuisine, ce n’est pas mon domaine DU TOUT. Je déteste ça mais j’ai la chance de vivre avec quelqu’un qui aime bien cuisiner. On s’est donc réparti les tâches ménagères : à lui la cuisine et la vaisselle, à moi les lessives et le ménage (on fait les courses ensemble).

Le lundi, on cuisine quasiment tous les légumes de la semaine. Alors premièrement, inutile de se casser la tête, des plats simples comme une purée, une soupe, un gratin, une quiche, font très bien l’affaire. Et deuxièmement il ne faut pas hésiter à préparer de grandes quantités et à congeler l’excédent. Cet hiver on a fait de la garbure et du pot au feu en quantité astronomique, mais on était bien contents d’arriver le soir et d’avoir juste à faire réchauffer une assiette.

Evidemment au début, on s’est plantés, on a mal anticipé, on a testé des modes d’organisation qui n’ont pas marché, on s’est engueulés plein de fois… Mais au final, on est arrivés à une routine qui a l’air de fonctionner. Je l’aide à éplucher les légumes, et à cuisiner deux ou trois trucs si besoin, mais il faut bien reconnaître que c’est lui qui se tape l’essentiel de la cuisine (en compagnie de Netflix).

Le soir il nous reste donc plus qu’à réchauffer ou cuire la viande, éventuellement faire des pâtes ou du riz pour accompagner et voilà. On fait même en sorte d’avoir des soirs où on n’a rien à préparer, juste à réchauffer, surtout quand il rentre tard de son entraînement.

Et pour finir, on prépare aussi nos yaourts avec la yaourtière. C’est super facile et rapide, on met juste du lait entier, du sucre et des ferments. Il faut juste penser à les faire, on a encore tendance à oublier parfois.

yaourt yaourtiere zero dechet

Sachez que c’est vraiment très très bon

Voilà, comme ça vous savez. Oui, on peut être une énorme feignasse en cuisine… Et manger QUAND MÊME des supers bons petits plats tous les jours. Il suffit d’être en couple avec un homme cuisinier 🙂

2/conserver et stocker les aliments

Pour la conservation des plats, notre but à long terme est de se passer de film alimentaire et papier aluminium. Pour cela j’ai commencé à coudre des couvercles de plats en tissu. C’est rigolo et ça a l’avantage de rentrer dans des petits coupons ou des chutes.

couvercles plat tissu elastique zero dechet

De la même façon, on met un torchon en tissu dans le fond du bac à légumes, au lieu de le tapisser d’essuie-tout. Pour le papier cuisson (sulfurisé), je n’ai pas encore la solution… Mais je sais qu’il existe des plaques à pâtisserie perforées.

Globalement, on en est encore aux balbutiements en ce qui concerne le fait de se passer d’essuie-tout, de film étirable, papier alu… Mais comme tout le reste, ça viendra. On a déjà accompli beaucoup de choses, et je ne veux pas me mettre la pression.

 

Les repas zéro déchet

Je n’ai pas grand-chose à raconter au niveau des repas, mais ça me paraît intéressant d’en parler, tout de même. En semaine je prends mes repas du midi sur mon lieu de travail. J’emmène donc une serviette en tissu, ma gamelle préparée avec amour par Monsieur, ainsi que deux fruits et deux yaourts. Je ne mange pas tout, mais comme ça j’ai le choix. Avant j’emmenais du pain mais je m’en passe de plus en plus souvent.

Sur place il y a de la vaisselle : assiettes, verre, couverts… J’ai vraiment tout ce qu’il faut pour manger zéro déchet. Je n’ai aucun besoin d’utiliser la vaisselle jetable en plastique, ni les serviettes en papier. Je remplis directement mon verre d’eau au robinet. C’est pas grand-chose, mais mine de rien…

A la maison on suit le même fonctionnement. A la place des bouteilles d’eau en plastique, on a acheté (il y a longtemps) une bouteille en verre. Il suffit de la re-remplir à chaque fois.

repas zéro déchet

Wouuuu méga-purééééée

 

Ouf ! Voilà pour la première partie du bilan zéro déchet. Dans la deuxième partie j’aborderai l’entretien de la maison et les cosmétiques, et aussi le cas de nos nouveaux animaux de compagnie;-)

Stay tuned !

7 commentaires

  1. Super!!!je m y mets doucement mais sûrement…pour du beurre en vrac une petite adresse??je suis de Bayonne et j essaye de me faire mon petit carnet d adresse..

    1. On a trouvé le beurre au marché de Quintaou à Anglet le dimanche matin, il y a un stand qui s’appelle « Lait 2 fromagers » et qui vend aussi de la crème fraîche d’ailleurs. On a juste demandé s’ils pouvaient nous mettre le beurre dans un tupperware et la crème dans un pot en verre, ils ont toujours accepté. Sinon je crois savoir qu’au marché des Halles de Bayonne, quelqu’un a trouvé du beurre en vrac, mais je ne sais pas à quel stand exactement (je ne vais pas à ce marché car je travaille le samedi). J’ai créé un groupe Facebook qui s’apelle « Zéro déchet Bayonne », il ne faut pas hésiter à nous rejoindre !

        1. Non, pas les halles des 5 cantons, je parlais du marché de Quintaou qui a lieu le dimanche (et aussi le jeudi je crois) sur l’esplanade de Quintaou. C’est à côté de la médiathèque, de la salle Quintaou, de la maison pour tous, pas très loin de la mairie d’Anglet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *